A quoi bon mettre du geotextile avant de poser le gazon artificiel?

Des mauvaises herbes risquent d’apparaître par les perforations du gazon synthétique originellement prévues pour évacuer les eaux de pluie et peuvent être à l’origine de flaques

Le gazon synthétique est perforé tous les 10cm pour permettre l’évacuation des eaux de pluie ou celle d’un orage. L’eau passe à travers la pelouse synthétique et est drainée dans le sol.

Mais de mauvaises herbes, dont les graines sont présentes dans le sol, risquent de pousser et d’apparaître par les perforations. Outre l’aspect esthétique inattendu, ces végétaux diminue la façon dont l’eau est évacuée et peuvent être à l’origine de flaques.

Fixer un géotextile perméable, type BIDIM (marque déposée de TENCATE Geosynthetics), avant de dérouler le gazon synthétique, permet de retarder voire empêcher totalement l’apparition de mauvaises herbes au travers de votre pelouse préférée.

Pour la pose du géotextile, il convient de le fixer au sol au moyen de pointes de grande hauteur (140mm) et à tête plate ou d’agraffes spéciales. Cela évitera qu’il ne bouge lors de l’ajustement des lés de gazon artificiel.

Evacuation de l’eau d’une pluie ou d’un orage

Des perforations tous les 10 cm dans le gazon artificiel assurent une bonne perméabilité de 60 à 600 litres par m2 et par minute.
Le critère déterminant est le drainage du sol (gravier et sable)

Au cours de la fabrication du gazon artificiel, on procède à l’étape de perforation du revêtement de sol pour lui assurer une bonne perméabilité. Perforé tous les 10 cm, la pelouse artificielle évacue l’eau de pluie ou d’un orage, à raison de 60 litres par m2 et par minute*.

Mais le critère déterminant pour l’évacuation des eaux de précipitations, c’est le drainage de votre sol. En zone inondable ou dans les régions à fortes pluies, il est recommandé de soigner la préparation du sol avant la pose, notamment en superposant des couches de gravier et de sable. A noter que incorporer du sable à la terre permet de l’alléger et d’améliorer le drainage du sol.

* Pour les cas extrêmes, notre modèle exclusif IDEE STRONG offre une perméabilité 10 fois supérieure: 600 l/m2/min. Consultez-nous!

Fabrication/Production du Gazon Artificiel

Les étapes de la fabrication du gazon synthétique sont: extrusion filage – étirage – refroidissement – texturation ou retordage – tuft – rasage – enduction – perforation – inspection et emballage.

La matière première de base est souvent du Polypropylène (PP) ou du Polyéthylène (PE), plus rarement du Polyamide (PA), sous forme de monofilament ou bandelette fibrillée.

Des granulés de ces polymères sont chauffés à haute température puis poussés de façon continue et extrêmement contrôlée au travers d’une filière, c’est l’étape de l’extrusion filage. On crée ainsi de longues fibres de gazon artificiel de section parfaitement déterminée grâce à des capillaires méticuleusement développé dans les laboratoires de Recherche et Développement. Après étirage et refroidissement, la fibre a pris toute sa résistance.

On peut aussi extruder un film de largeur faible pour ensuite le découper en bandelettes de largeur désirée (fibrillation).

Pour créer le gazon artificiel, on emploi la technologie du tuftage, largement employée dans le domaine de la moquette : inspiré de la machine à coudre, on forme des boucles de fil au travers d’un support tissé ou non-tissé, selon les paramètres désirés (hauteur, nombre de points, …).

Pour avoir l’aspect final de poil (brins d’herbe), on coupe les boucles dans leur hauteur dans une machine spéciale et les fibres se dressent.

Pour continuer, on enduit le dossier avec des composés complexes comme du latex ou du polyuréthane et cette enduction contribue à un ancrage solide du poil dans son support ; c’est déterminant pour la durée de vie du produit, surtout dans le domaine du sport (glissades, crampons, coups…).

Le gazon artificiel n’est vraiment terminé que lorsqu’on a réalisé des trous de drainage pour permettre à l’eau de pluie de s’évacuer. Puis c’est l’inspection et l’emballage.